Gre-Sports

Le site d'actu' sur les clubs et sportifs grenoblois

Pro D2 : Grenoble, c’est champion !

Par • 15 Avr, 2012 • Catégorie: A la une, Rugby

Grâce à sa victoire bonifiée face à La Rochelle (35-3) ce samedi, au Stade des Alpes, devant près de 17 000 spectateurs, le FCG a validé son ticket pour le Top 14 (à trois journées de la fin de la saison régulière), sept ans après l’avoir quitté.

Il régnait comme un parfum de phase finale en ce samedi après-midi pluvieux au Stade des Alpes. Copieusement garnie pour l’occasion, l’habituelle enceinte des footballeurs du GF38 (ce n’est que la seconde fois que le FCG y évolue) a résonné pendant plus de 80 minutes des chants du peuple grenoblois. Un public gâté pour l’occasion, tant grâce à la performance de ses protégés que par les petites intentions distillées par le club (pom-pom girls, drapeaux, casquettes…). Il n’a finalement manqué qu’un peu de soleil pour rendre la fête parfaite même si Andrew Farley et ses coéquipiers se sont chargés de rapidement réchauffer le cœur de leurs supporters.
La situation était on ne peut plus simple pour l’équipe de Fabrice Landreau : une victoire bonifiée face aux Rochelais et l’accession en Top 14 serait validée. Les Isérois démontraient leur motivation dès la première mêlée du match en mettant à la faute le paquet adverse. Valentin Courrent se chargeait de passer la pénalité (3-0). De quoi lancer la partie sur de bonnes bases, d’autant que le FCG poursuivait sur sa lancée, profitant notamment de la bonne animation au pied de Blair Stewart. Naude Beukes allait même à dame mais l’essai était refusé pour un en-avant peu évident.
Mais le troisième du classement ne s’était pas présenté sur les bords de l’Isère en victime expiatoire. Dans le sillage d’un Sébastien Fauqué bien en jambes, les Rochelais se montraient décidés à produire du jeu – une constante durant toute la partie. L’ouvreur charentais en profitait au passage pour remettre les deux formations à égalité.
Mais fort d’une conquête propre, le FCG reprenait rapidement sa domination. Si Courrent redonnait l’avantage à son équipe, il manquait ses deux tentatives suivantes. En tentant systématiquement ses pénalités, le FCG montrait d’ailleurs qu’il visait la victoire avant le bonus. Une patience payante au final, même si la décision fut longue à venir. Car malgré une infériorité numérique à gérer après le carton jaune de Tamato Leupolu, la Rochelle restait dans la partie malgré plusieurs opportunités pour les Alpins de marquer un essai (percée de Viliame Waqaseduadua repris à quelques mètres de la ligne, succession de mêlées à 5 mètres de l’en-but rochelais).

6-3 à la pause, tout restait à faire et l’éventuel point de bonus offensif semblait alors bien loin. La résistance charentaise avait d’ailleurs un peu éteint un public chaud bouillant jusque là. Symboliquement, le jeune Lucas Dupont, formé au club et meilleur marqueur d’essais de son équipe cette saison, allait réveiller l’assistance en inscrivant le premier essai de la partie. La furia iséroise pouvait débuter. Poussés par leur public, Jonathan Best et ses partenaires profitaient de leur gros temps fort pour inscrire un second essai par Rida Jahouer et se créer de très nombreuses occasions d’à nouveau franchir la ligne (poussée du pack jusque dans l’en-but adverse, percée de Nigel Hunt repris d’extrême justesse).
A 21-3, la victoire semblait déjà acquise, mais il manquait ce fameux 3ème essai pour obtenir le point de bonus offensif. Le chrono défilait, La Rochelle continuait à quasiment tout relancer faisant planer la menace d’un essai qui aurait sérieusement compliquer la tâche des joueurs de Franck Corrihons et Sylvain Begon. Mais, comme souvent cette saison, le coaching des entraîneurs grenoblois allait finir par faire la différence. Tout juste entré en jeu, Jonathan Pelissié transperçait la défense rochelaise avant d’aplatir entre les perches à un peu moins de dix minutes de la sirène finale (28-3). Puis Aloisio Butonidualevu tuait tout suspense dans la foulée après un ballon perdu par la Rochelle et rapidement mis à profit par le FCG (35-3).
Le staff pouvait alors laisser éclater sa joie au bord du terrain. La décision était faite. Le compte à rebours était lancé par les travées du Stade des Alpes lors des dernières secondes. 3…2…1… : le FCG est champion de France de Pro D2 et retrouvera l’élite du rugby français la saison prochaine.

A suivre, toutes les réactions des Grenoblois

Crédit photos : Alain Thiriet

Be Sociable, Share!

Enregistrer un commentaire